0 In GESTION / ORGANISATION/ VOYAGES

Travailler et Voyager

travailler et voyager

Durant les dernières semaines, j’ai eu la chance d’apprivoiser une nouvelle façon de travailler. Cependant, travailler et voyager apporte son lot de défis et j’ai dû redéfinir mes méthodes de travail afin de demeurer productive et efficace! 🙂

En plus de découvrir les paysages de l’Ouest canadien, j’exerce quelques mandats à distance pour mon employeur actuel. Cette façon de travailler me convient pour le moment, car je peux avoir un petit revenu, même si je suis à l’autre bout du pays. Cependant, j’avoue que ce n’est pas toujours facile de trouver la motivation de travailler lorsqu’on voyage.

Au début de mon périple, je ressentais une certaine pression : je voulais profiter au maximum de chaque seconde de mon voyage, mais je voulais demeurer productive quant à mes engagements professionnels. Et cette pression, elle venait de moi et seulement moi.

J’ai donc réfléchi à de nouvelles méthodes afin de m’assurer que mes séances de travail allaient être motivantes et productives. Je ne vous cacherai pas que travailler et voyager, ce n’est pas facile! Par contre, avec beaucoup de volonté, c’est possible!

Voici donc mes petits trucs pour être plus productive en voyage! 🙂

Se trouver un endroit calme et confortable où travailler

Selon moi, la première étape est de se créer un petit espace pour travailler où on se sent assez à l’aise et confortable. Pour ma part, j’ai trouvé des petits coins tranquilles dans les espaces communs des auberges de jeunesse que j’ai visité (quelques espaces sont parfois adaptés pour les « business travelers »). J’ai également visité quelques cafés où l’ambiance était agréable pour travailler. Aussi, j’aime écouter de la musique en travaillant. Cela me permet de me créer une petite bulle et de limiter les bruits dérangeant de l’environnement.

Avoir un rythme de voyage plus lent

Puisque je savais que mon périple allait s’étendre sur plusieurs mois et que j’avais beaucoup de temps devant moi, j’ai parfois choisi de rester quelques jours de plus à une destination donnée (par exemple, je suis restée deux semaines complètes à Victoria!). Ce rythme de voyage plus lent me permet donc de prendre du temps pour faire plusieurs visites et/ou activités et de consacrer quelques heures par semaine à mes tâches professionnelles. Voyager plus lentement me permet également d’avoir des journées plus relaxes et de prendre des moments pour moi dans les auberges de jeunesse. Je ne me sens donc pas obligée de toujours sortir en ville.

Éviter de vouloir en faire trop

Bien entendu, le climat de travail n’est pas le même lorsqu’on voyage. Au début, l’absence physique de mes collègues m’a un peu ébranlée. J’ai vite senti que j’étais moins productive et que j’avais de la difficulté à m’organiser et à établir mes priorités. Je sentais que j’avais perdus quelques-uns de mes repères. Ainsi, j’ai dû adapter mes techniques de travail. Aujourd’hui, je m’en mets beaucoup moins sur les épaules et j’y vais jour par jour. Je préfère faire des petites séances de travail et être vraiment productive durant ces séances. J’ai adapté ma production à mon nouveau mode de vie.

Avoir un bon plan de travail

En terminant, j’essaie d’avoir un bon plan de travail avec un échéancier réaliste. Dès le début d’une nouvelle semaine, je choisis un ou deux objectifs pour la semaine et je m’assure de faire les suivis nécessaires et de bien mener les projets à terme.

Suivez-moi

Facebook : Laurie Coulombe

Instagram : @lauriecou_

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.